Et si les coopératives disposaient déjà d’une des clés du monde d’après ? Si elles étaient les alliées privilégiées de tout.tes celles et ceux qui n’ont plus envie de travailler, produire ou consommer comme avant ? La création de la fédération des CAE se donne pour objectif d’inscrire la coopération au cœur d’un avenir démocratique et émancipé, faire connaître le modèle coopératif et mettre en avant ses forces et engagements qui nous semblent essentiels dans cette période de questionnements, d’inquiétude parfois, la chance de faire entendre de nouvelles voix sans nul doute.

Ce que la Fédération des CAE va apporter aux CAE et au modèle coopératif ? Exemples :
• Sécuriser nos statuts, nos pratiques, nos contrats, du très concret finalement, les outils avec lequel nous travaillons tous les jours.
• Mutualiser mieux et davantage avec les autres coopératives.
• Et plus globalement, au niveau sociétal, faire connaître et reconnaître une autre manière de travailler autrement.

La création de la Fédé des CA vue par les entrepreneur.es salarié.es des CAE.

Le préambule des statuts de la Fédération des CAE

Nous, Coopératives d’activité et d’emploi, créons aujourd’hui une fédération des CAE au sein de la Confédération générale des Scop. Nous nous référons à ce titre aux principes fondateurs du mouvement coopératif tels que posés par l’Alliance Coopérative Internationale. Le mouvement des coopératives d’activités et d’emploi s’inscrit depuis la création des premières CAE dans les années1990 dans une double intention : construire des alternatives à la fois à l’individualisation du rapport au travail et à la précarisation des personnes qui en découle. À travers nos coopératives, nous voulons construire des liens de coopération et de solidarité à même de favoriser l’émancipation de chacun·e dans l’exercice de son travail. La création de cette fédération s’inscrit dans la continuité de ce mouvement. Elle a été portée par les CAE, les réseaux de CAE Coopérer pour Entreprendre et Copéa,ainsi que par la CGScop : il est aujourd’hui nécessaire d’unir nos forces pour faire face aux enjeux qui traversent nos coopératives et le monde du travail, et pour faire entendre notre voix.

Notre fédération est aussi issue d’une histoire plus longue de conquêtes sociales : nous faisons le choix d’une organisation collective pour penser et agir, dans l’intérêt de nos organisations et de leurs membres mais également avec l’ambition de transformer la société pour plus de justice sociale et économique. Nous affirmons notre filiation avec le mouvement ouvrier, creuset du mouvement coopératif,mais aussi du mutualisme, du syndicalisme et de l’éducation populaire, ainsi que notre attachement aux mécanismes de solidarité nationaux et interprofessionnels, tels que l’assurance chômage et la sécurité sociale. Enfin, nous partageons aussi les enjeux portés aujourd’hui par les mouvements sociaux liés à l’écologie et à la défense des communs.

Nous nous réunissons autour de convictions et de valeurs :
• la solidarité : l’exercice de l’entrepreneuriat salarié en CAE enrichit la démarche entrepreneuriale en associant au travail autonome les synergies du collectif, en permettant une solidarité effective entre entrepreneur·es et en instaurant un dialogue entre salariat et initiative économique. Unies au sein de la CGScop, nos coopératives sont plus fortes pour promouvoir l’exigence coopérative, l’émancipation des personnes et la sécurisation des parcours professionnels, comme alternatives à des formes de plus en plus précaires de travail et d’emploi.
l’exercice de la démocratie au sein de nos coopératives est une pratique en mouvement, qui allie représentation et participation. Elle est faite de confiance, de transparence et de partage des responsabilités sur la base de règles communes. Elle cherche à tenir compte de nos diversités, tant au niveau des coopératives qui la composent que de leurs membres.
• la démarche de recherche et d’expérimentation est essentielle à nos organisations, pour réfléchir sur nos pratiques et leur permettre d’atteindre leur ambition transformatrice. Elle est un puissant vecteur d’émancipation. Nous misons sur l’intelligence collective pour continuer à développer des réponses innovantes aux transformations actuelles et à venir du travail, de l’économie et de la société.
• l’ouverture est essentielle : au-delà d’un statut, c’est un projet commun qui nous rassemble. Les autres organisations, notamment coopératives, qui rejoignent ce projet, sont les bienvenues pour participer à nos travaux.
• la cohérence : nous cherchons à construire une organisation collective dont les modes de fonctionnement, de travail et de représentation reflètent ces valeurs et convictions.